top of page

A la découverte du Périgord

Balade dominicale au Pays d'Ans. Les forces telluriques sont à l'oeuvre et la petite histoire côtoie la grande!


Tout le monde a pu s'apercevoir de la montée des eaux de l'Isle depuis hier matin (A 7h00 le débit était de 26 m3/sec et hier soir à 22h00 à 193 m3/sec), de même en amont, le niveau de son affluent l'Auvezère est passé aux mêmes heures de 15 à 78 m3/sec. Ces montées rapides et importantes sont fréquentes en cette époque de l'année, dès que la pluie est présente sur les contreforts du Massif Central.


C'est la raison qui explique l'activité saisonnière de la résurgence du Puits de Bontemps à Brouchaud, où le Blâme est dopé par l'issue des eaux des nappes souterraines sous pression.

Magnifique région, forte d'une histoire de plus de 500 ans, où l'eau et le fer, sous l'action des hommes ont transformés ce territoire en lui ouvrant des perspectives maritimes.

Cette réplique du canon de marine de 1778, qui trône dans le village de Brouchaud, est le témoin de l'activité des Maitres de Forge du Pays d'Ans.


Le village à la confluence du Blâme et de l'Auvezère porte d'ailleurs le nom éponyme de "Forge d'Ans". Les canons produits localement étaient charroyés par la terre sur "la route des canons", soit directement à l'ouest vers le Gond-Pontouvre, à coté d'Angoulême, soit au sud, à des rares occasions via Périgueux et son port du Bassin, grâce à des gabarres descendant vers Libourne, mais le niveau des eaux ont rapidement rendu cette voie sur l'Isle incertaine, soit plus régulièrement en rejoignant par des chemins forestiers le Port du Moustier, sur la Vézère, en aval de la Roque Saint-Christophe, puis en embarquant sur des gabarres jusqu'à la rivière Dordogne en direction du port de La Lune et de ses arsenaux à Bordeaux (1691 à 1830).

Une balade pédestre de 9 km à découvrir sur le sentier des orchidées, où vous admirerez aussi le dolmen de la "Peira Levada" sur la commune de Limeyrat et sa cabane de pierres sèches (qui n'est pas une borie) de Jean l'Adroit, un mendiant qui l'a occupé au début du XXième siècle.

La balade se termine par le verger conservatoire de Brouchaud, une création il y a 11 ans, des élèves du Lycée Agricole de La Peyrouse à Coulounieix-Chamiers, qui assure la pérennité de variétés fruitières locales et une conservation génétique des espèces. Il héberge une importante faune locale: le rougequeue à front blanc, la chevêche d'Athéna ou le moineau friquet. Un lieu de convivialité pour les oiseaux mais aussi pour les habitants.


Une seule note triste de cette balade sur les chemins de randonnée balisés du département.

Il ne faut pas trop s'écarter dans les bois au risque de découvrir des lieux délaissés et qui ne font pas honneur à notre attractivité légendaire...

Il faut éviter et nettoyer ces dépôts sauvages et illégaux!















コメント


bottom of page