top of page

La promesse d'une nouvelle énergie bleue

Création l'été prochain d'une première station osmotique pilote, dans le delta du Rhône, capable en 2030, d'alimenter en électricité une ville de la taille de Marseille (900 000 habitants)




L’énergie osmotique, ou énergie bleue, est l'énergie dégagée lors de la rencontre entre deux eaux avec des concentrations en sel différentes (entre l'eau de mer et l'eau d’une rivière par exemple).


Cette énergie a été inscrite en 2022 dans la directive RED II de l’Union européenne, comme une source d’énergie renouvelable au même titre que d’autres énergies renouvelables telles que l’énergie solaire ou éolienne. L’énergie captée a l’avantage d’être entièrement renouvelable et non intermittente, ce qui est rare en matière d’énergie renouvelable.


En 2013, une équipe de recherche française du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), menée par le professeur Lydéric Bocquet, a construit un système expérimental utilisant une membrane séparant un réservoir d'eau salée et un réservoir d'eau douce, l'équipe a donc mesuré le courant électrique traversant une membrane semi-perméable à gros pores, plus sélective des ions souhaités, à l'aide de deux électrodes immergées dans le fluide de part et d'autre du nanotube.


Les résultats ont montré que le dispositif était capable de générer un courant électrique de l'ordre du nanoampère, environ mille fois supérieur à celui des autres techniques connues de récolte de l'énergie osmotique. Mais jusque là la technologie était peu efficace et très chère.


La société française Sweetch Energy, fondée en 2015, a par la suite racheté le brevet du CNRS afin de continuer à améliorer le processus de captation de l’énergie osmotique. Aujourd’hui, la société affirme avoir réussi à créer un système industrialisable. En effet, le système breveté de Sweetch Energy associe les récentes avancées de la science nano fluidique à des matériaux peu coûteux et respectueux de l'environnement pour créer des membranes Inod positives et négatives de nouvelle génération, laissant passer plus d’ions choisis ainsi que des électrodes spécialement conçues, ouvrant la voie vers une industrialisation à grande échelle de la filière osmotique.



Actuellement en collaboration avec la Compagnie nationale du Rhône (CNR), premier producteur français d'énergie verte, Sweetch Energy conçoit la première station osmotique compétitive dans le delta du Rhône, dans l’écluse de Barcarin.

La station osmotique pilote de Port-Saint-Louis va débuter son activité à l’été 2024, et atteindra son potentiel exploitable d'ici 2030 avec 4TW prévus d'électricité par an, soit environ l’équivalent de la consommation électrique des habitants de l’agglomération de Marseille.

 

Communiqué de presse CNR et Sweetch Energy - 19 juillet 2022

190722_-CP_-Sweetch-Energy-x-CNR_Vdef
.pdf
Download PDF • 846KB
 

bottom of page