top of page

Le sénat veut mettre un point final et non un point médian à l'écriture inclusive!

Le sexe des anges. "Un humain de sexe masculin peut fort bien être une recrue, une vedette, une canaille, une fripouille ou une andouille. De sexe féminin, il lui arrive d’être un mannequin, un tyran ou un génie. Le respect de la personne humaine est-il réservé aux femmes, et celui des droits de l’homme aux hommes ? Absurde ! Ces féminins et masculins sont purement grammaticaux, nullement sexuels." Jean François Revel, philosophe, journaliste, écrivain, académicien.

Cette publication permet de rebondir sur une actualité législative avec un texte en cours d'étude au Sénat ces jours-ci qui souhaite interdire l'écriture inclusive dans l'administration, à l'heure de l'ouverture dans 2 jours de la Cité internationale la langue française au château de Villers-Cotterêts dans l'Aisne.


Pour ma part, mais chacun peut avoir un avis différent, cette interdiction me semble salutaire et paradoxalement plus inclusive si nous souhaitons justement permettre à chacun d'accéder à une information compréhensible et préserver la langue française.


Nous avions déjà argumenté en Conseil Municipal à Périgueux sur ce dossier lors de la présentation du Règlement Intérieur rédigé en écriture inclusive.


Vous pouvez ci-dessous accéder à nos arguments qui semblent pertinents si on en juge par la décision qui risque d'être prise au Sénat prochainement.




Le texte de la sénatrice "Les Républicains" Pascale Gruny prévoit de bannir l’écriture inclusive « dans tous les cas où le législateur (et éventuellement le pouvoir réglementaire) exige un document en français », comme les modes d’emploi, les contrats de travail ou autres règlements intérieurs d’entreprises, mais aussi les actes juridiques. Tous ces documents seraient alors considérés comme irrecevables ou nuls. Pour mémoire, il faut reconnaitre que le Rassemblement National a défendu cette interdiction également à l'Assemblée Nationale, il y a quelques mois.

L'article de Sud Ouest que nous reproduisons aujourd'hui de manière exceptionnelle dans son intégralité car il est accessible à tous y compris aux non abonnés, comme tous les articles du jour publiés ce dernier jeudi 26 octobre, en raison d'une opération "Pouvoir d'Achat: l'information à portée de tous" évoque le texte qui sera voté lundi 30 octobre au Sénat.



La publication en lien ci-dessous reprenait notre intervention en Conseil Municipal en décembre 2020 et mettait en exergue le très beau texte de Jean François Revel écrit il y a déjà plus de 20 ans sur ce même sujet.



Pour rire, plus léger:

Peut-être un peu plus trivial...


Pour compléter cette publication, intégration à postériori de cet article de Sud Ouest publié le 31/10/23




Comments


bottom of page