top of page

Moins d'incivilités et plus de tri!

Déjà évoqué en Conseil Municipal lors du débat en septembre 2021 sur la collecte des déchets, un bon signal pour que les habitants optent pour le tri serait que la ville, elle-même montre l’exemple en offrant à ses concitoyens la possibilité de trier en amont car dans les corbeilles de ville ce sont 80% des déchets qui seraient à valoriser. Mais au delà, se pose la question de la responsabilité individuelle auprès des autres habitants et de nos visiteurs.

Les corbeilles de villes classiques et opaques ont été remplacé dans le cadre du plan Vigipirate "anti-attentats" craignant que leur opacité ne permette de dissimuler un engin explosif particulièrement aux abords des écoles, des lieux de culte ou autres lieux symboliques.

C’est lors de la vague d'attentats de 1995, le 17 août, qu’une première bombe dissimulée dans une corbeille opaque fait 16 blessés près du kiosque à journaux de l'avenue de Friedland à Paris. Le 6 octobre de la même année, une autre bombe explose dans une poubelle de l'avenue d'Italie, devant la station de métro "Maison Blanche", faisant là encore 16 blessés.


Dans les années qui suivent et au moment de la relance du plan Vigipirate renforcé en 2001, la ville de Paris et les autres grandes villes ont progressivement remplacé toutes ces poubelles par de simples supports auxquels seront accrochés des sacs plastiques, mais l’ensemble reste assez inesthétique et supporte mal les intempéries et le vent. Ces simples supports ont depuis été remplacés dans les rues par de nouveaux modèles de corbeille comme ici à Périgueux.


Il semblerait utile de remplacer ces modèles unicompartimentaux par des modèles à 2 ou 3 entrées pour permettre une meilleure sélection des déchets. Toutes les marques de mobilier urbain le proposent, mais cela à un coût non négligeable: 400 à 800 euros HT par poubelle.

Malheureusement cela n’empêchera pas les actes d’incivilité et de négligence de certains qui ne se sentent pas concernés par la qualité de leur environnement quotidien.

"Chacun est responsable de tout devant tous" disait justement Fiodor Dostoïevski, l'écrivain russe. Cela doit s'appliquer pour bien des sujets à chacun de nos actes de la vie qui interfère avec ceux des autres, mêmes ceux qui nous semblent les plus insignifiants ou les moins valorisants.


L’œuvre d’art, quant à elle, en photo au début du post, entre dans la catégorie que les musées appelle "installation" car elle est exposée pour plusieurs jours à l'angle de la Place Plumancy et de la rue Gambetta. Heureusement, déchets secs et sans odeur! Mais cette "installation" court le risque d'être dispersée en cas de vent ou d'orage et perdra de sa pertinence... Peut-être que l'artiste devrait venir la récupérer, à moins qu'il ne préfère, à la veille de ce long week-end du 15 aout, jouer les prolongations.


Concernant le manque de savoir-vivre, il en va de même pour les abords des poubelles du SMD 3, certaines sont peut-être trop petites, certaines parfois mal positionnées mais souvent elles fonctionnent correctement et ne sont pas pleines, voire même l'ouverture de la trappe est libre et pourtant...

Incivilité quand tu nous tiens! Encore une "installation" visuelle et aussi sensorielle car dans ce cas, les odeurs sont offertes!


Pour mémoire, Périgueux est classée "Ville d'Art et d'Histoire", est labellisée " Ville 4 fleurs", la plus haute distinction des villes et villages fleuris, est "Ville amie des enfants", "Ville amie des ainés", est doublement classé par l'UNESCO au patrimoine mondial avec la Cathédrale Saint-Front au titre des Chemins de St Jacques de Compostelle voie Vézelay et aussi par son appartenance au bassin versant de la Dordogne comme Réserve Mondiale de Biosphère… des labels qui nous obligent, en termes de qualité de vie!

Dessin emprunté à Seb pour une touche de légèreté!



Kommentare


bottom of page