top of page

Si nommer une époque peut aider à prendre conscience

En ce jour de dépassement de la Terre calculé au 02 aout pour l'année 2023, un autre chiffre devrait nous interpeller celui de du dépassement de la France, pour 2023 qui s'est situé le 05 mai cette année... "Urgence rouge pour la planète bleue" répète le WWF.

Les humains sont actuellement responsables des bouleversements importants de la planète. Nommer Anthropocène ce nouveau chapitre de notre Histoire peut permettre de mettre un nom sur une réalité.



Très intéressant article paru dans le quotidien Sud-Ouest du dimanche 23 juillet "Anthropocène, un nouveau chapitre de l'histoire de la Terre", mais le mot court déjà les médias depuis ces derniers mois.


Il a été créé par Paul Joseph Crutzen, météorologue, chimiste de l'atmosphère et colauréat du prix Nobel de chimie en 1995. En 2000, il introduit et popularise avec le biologiste américain Eugene F. Stoermer le terme « Anthropocène », pour désigner une nouvelle période géologique qui aurait débuté au XIXème siècle avec la révolution industrielle et pendant laquelle l’influence de l’homme sur l'écosphère terrestre serait devenue prédominante.

L'invention de la machine à vapeur en 1784 serait, pour d'autres, le marqueur de la modification par l'homme de son cadre de vie responsable du dérèglement climatique. Pour certains, il aurait débuté plus récemment avec la première explosion atomique de 1945 et la découverte dans certaine strates géologiques de plutonium.


Le concept d'Anthropocène reste toujours discuté par la communauté scientifique.


En tous cas, ce n'est pas une ère mais tout au plus une époque.

Pour mémoire, nous sommes dans l'ère Cénozoïque, période Quartenaire, époque Holocène qui a débuté il y a 10 000 ans avec la fin de la glaciation de Würm.

Peut-être devrions nous attendre 10 ou 100 000 ans pour apprécier si les humains ont effectivement bouleversés à ce point la Terre qu'il faille en faire une époque géochronologique… surtout si d'aventure notre espèce s'autodétruit radicalement. Ce seront alors des intelligences extra-terrestres qui identifieront définitivement ce nouveau marqueur géologique, mais ce ne sera plus notre problème!


Qu'importe les dénominations.


De se poser la question doit tous nous interpeller sur notre relation au monde, aux autres et à la Nature. Notre espèce domine le monde, modifie sa biologie et ses équilibres et surtout en est consciente. Sommes nous dans un point de bascule? Saurons nous, collectivement et individuellement changer notre futur?

Comments


bottom of page