top of page

Une ville fleurie, mais nous pouvons encore mieux faire...

Soyons vigilants à conserver nos acquis et notre attractivité car le jury des "Villes et villages fleuris" est assez intransigeant et notre ville n'est plus aussi propre qu'avant!


Présent depuis plus de 60 ans, le label « Villes et Villages Fleuris » rassemble près de 4 700 communes labellisées sur tout le territoire français, dont 278 "4 Fleurs".

Périgueux détient cette distinction "4 Fleurs" depuis plus de 20 ans. Le maire de l'époque était alors Xavier Darcos.

C'est le résultat du travail assidu des services municipaux, de la volonté des élus successifs et aussi du souhait de certains habitants de valoriser leurs façades et leurs balcons.

Ce label récompense l’engagement des collectivités en faveur de l’amélioration du cadre de vie. Il prend en compte la place accordée au végétal dans l’aménagement des espaces publics, la protection de l’environnement, la préservation des ressources naturelles et de la biodiversité, la valorisation du patrimoine botanique français, la reconquête des cœurs de ville, l’attractivité touristique et l’implication du citoyen au cœur des projets.


Au décours d'une promenade dans le quartier du Toulon et Saint-Martin, il semblait juste de valoriser les efforts de certains habitants, soit sur leur façade, soit sur leur trottoir notamment pour ceux qui ont suivi le souhait de l'équipe municipale actuelle qui avait porté l'idée de la végétalisation des trottoirs. Concept assez "bobo" que nous avions critiqué en son temps mais avec de belles réussites assez rares cependant et assez éloignées les unes des autres. On est loin de certaines impasses parisiennes verdoyantes et fleuries.

LES ESPACES VERTS DANS LA VILLE

Nous profitons de cette publication pour rappeler la richesse des espaces verts de notre ville et le travail demandé aux services pour un entretien tout au long de l'année, avec notamment la lutte contre les incivilités fréquentes dans les parcs.


Documents extraits du site internet de la ville de Périgueux

LE PARC GAMENSON (1)

Ancienne propriété de la famille de Gamenson, le site est acquis en 1876 par l’État pour y installer un évêché. Il fut acheté par la Ville de Périgueux en 1912 pour en faire un théâtre de la Nature. Celui-ci fut inauguré en 1913 par le président de la République Raymond Poincaré. De nombreuses stèles et statues honorent les troubadours (Bertran de Born, Girault de Borneil) et hommes de lettres du département. LE JARDIN DES ARÈNES (2) Cet amphithéâtre de 20 000 spectateurs construit au Ier siècle après Jésus-Christ a évolué en forteresse durant le Moyen âge, puis en partie en couvent en 1641. Au XIXe siècle, le site est aménagé en jardin public. Inscrit sur la liste des monuments historiques dès 1840, il est remodelé en 1972. On y trouve une aire de jeux et un bassin. LE PARC DE VÉSONE (3) Créé au XIXe siècle, remodelé en 1972, ce jardin d’une superficie de 6 440 m2 s’organise sur un site gallo-romain majeur, autour du vestige antique de la Tour de Vésone. Haute de plus de 24 m, elle représente la partie sacrée de l’ancien temple dédié à la déesse Vesunna, protectrice de la ville, associée au culte de l’eau. LE JARDIN DES VAGABONDES (4) Cet espace aux abords du canal a été conçu comme un laboratoire de la nature citadine. Outil d’éducation à l’environnement selon le principe du « jardin en mouvement » de Gilles Clément, jardinier paysagiste, il accueille une centaine d’espèces végétales, 40 espèces d’insectes, 37 espèces d’oiseaux et 6 espèces de mammifères. LE JARDIN DE LA SOURCE (5) Situé dans le quartier résidentiel du Toulon, il est essentiellement planté de végétaux présentant un intérêt gustatif et culinaire. Il offre aussi de nombreux espaces de jeux familiaux (agrès, espace pour jeux de boule, etc.) dans un cadre végétal. LA PRAIRE DU GRAND PUY BERNARD (6) Les 7 000 m2 de la prairie du grand Puy Bernard bénéficient d’une gestion naturelle respectueuse de l’environnement. L’idée est de favoriser la présence d’une végétation spontanée et le développement d’une diversité faunistique et floristique en milieu urbain. Cette biodiversité fait d’ailleurs l’objet d’un inventaire régulier. LE PARC ARISTIDE BRIAND (7) Il a été conçu dans un esprit à la française, géométrique autour d’un bassin central avec de vieux magnolias (80 ans environ) s’élèvent en bordure. Séquoïa gigantéa, Cèdre bleu pleureur, Hillyréa latifolia de 60 ans environ.

D’AUTRES JARDINS... Le parc François-Mitterand (8) formé de trois jardins éphémères qui s’organisent selon un le dessin d’une feuille de tulipier de Virginie. Ils changent de visage chaque été sur une thématique complémentaire à l’exposition d’art contemporain présentée dans les locaux de l’Agence Culturelle Départementale. Un pan de l’ancienne muraille médiévale est visible parmi les plantations. Le Jardin du Thouin (9) sous la cathédrale qui marie vieille pierres rénovées et végétation bien pensée : idéal pour marquer une pause au fil du circuit de la vieille ville. Le jardin des remparts (10), rebaptisé « square d’Amberg » en hommage à la ville jumelle de Périgueux. Ce jardin est à l’origine une vielle station service. Cet espace surélevé semble accroché au rempart médiéval. La place de Verdun (11) avec sa fontaine et son aire de jeux de 40m2, le square Jean-Jaurès (12), derrière le Théâtre, Place Louis Magne, à peine plus loin, ainsi que l’Esplanade du Souvenir (13), face à la préfecture, offrent également des espaces ombragés de repos, un peu isolés de la circulation.


 

Sur le sujet des jardins, un autre post publié le 07 aout 2023:



Comments


bottom of page